Close
Quatre étapes pour définir un bon workflow éditorial.

4 étapes indispensables pour un bon workflow éditorial !

Le workflow – ou gouvernance éditoriale – constitue l’organisation interne visant à assurer la production et la publication des contenus sur différents supports de communication. Un bon workflow doit préciser le rôle de tous ceux qui constituent la chaîne éditoriale : qui choisit les sujets ? Qui rédige ? Qui valide ? Qui coordonne ? Qui vérifie ? Qui publie ? Dans l’absolu, chacune de ces étapes peut être assignée à des personnes distinctes mais dans la réalité – et cela est particulièrement vrai pour les petites structures – une même personne pourra s’emparer de plusieurs missions.

La réflexion et la planification : on traite quoi et quand ?

Tout contenu débute nécessairement par un travail de réflexion. En général, ces réflexions sont guidées par la ligne éditoriale du support de diffusion pour lequel on souhaite produire des contenus. Cette ligne éditoriale est fixée au préalable dans ce que l’on appelle une charte éditoriale. Ce travail de réflexion et de planification est souvent mené par un comité éditorial ou un comité de rédaction qui se réunit en conférence de rédaction. Ces comités rassemblent plusieurs membres de la chaîne éditoriale – rédacteurs, webmasters, journalistes, etc. – En séance, ils évoquent les idées et les sujets à traiter et vérifient à ce que tous les contenus proposés soient bien en adéquation avec la politique éditoriale de la maison. Ces instances sont également chargées d’assurer la planification éditoriale pour les semaines qui viennent. En général, ce travail de planification est confié aux rédacteurs en chef ou aux content managers qui doivent avoir une vision globale quant aux sujets planifiés et qui sont notamment chargés d’alimenter ce que l’on appelle le calendrier éditorial.

La production : quel contenu produire ? Quel format choisir ?

Une fois le travail de réflexion et de planification effectué, c’est aux producteurs de contenus de matérialiser les sujets choisis. Ces producteurs de contenus peuvent être divers : rédacteurs, graphistes, infographistes, motion designer, etc. Ils sont chargés de réfléchir à la forme et au format le plus pertinent pour traiter les sujets définis. Lorsqu’un projet est un peu complexe – un documentaire, une série d’infographies, etc. – et qu’il nécessite l’intervention d’un ou plusieurs corps de métiers, il est bien vu de produire ce que l’on appelle un brief éditorial afin que toutes les parties engagées soient sur la même longueur d’onde et qu’elles assurent un travail conforme à l’angle choisi. Au premier rang des producteurs de contenus, on compte bien entendu le pool de rédacteurs  – les journalistes dans la presse –  qui doivent rédiger des contenus et recueillir des informations diverses sur les sujets choisis.

La vérification et la validation : avec ou sans fautes ? Conforme à l’ambition de départ ? 

Une fois le contenu produit, un travail de vérification s’avère être indispensable pour éviter les erreurs – de sens ou de forme – et vérifier la pertinence du contenu produit. Parmi ces vérificateurs, on retrouve l’indispensable secrétaire de rédaction. Cette personne maîtrise toutes les règles d’orthotypographie, de grammaire et d’orthographe afin de garantir un contenu sans fautes et syntaxiquement irréprochable. Le secrétaire de rédaction est également chargé de relever les coquilles, de pointer les erreurs de sens, et, le cas échéant, de conseiller sur la mise en page. À ce stade de la vérification, on peut également trouver des chargées de communication ou des responsables éditoriaux qui vont vérifier à ce que le contenu produit soit en adéquation avec les ambitions initiales. Une fois ces vérifications faites et ces potentiellement changements effectués, on pourra procéder à la validation du contenu. En général, ce sont les rédacteurs en chef, directeurs de publication/communication ou responsables de contenu qui valident les contenus.

L’animation éditoriale : comment faire vivre ses contenus ?

À ce stade, les contenus sont produits, planifiés, vérifiés, ils doivent maintenant être publiés. Pour un site internet, un pure player ou un blog,  la publication des contenus est confiée aux webmasters. Plus qu’une simple publication, le webmaster doit également veiller à ce que le contenu soit bien construit et qu’il respecte les impératifs liés au SEO. Autre travail du webmaster : assurer la pérennité des contenus en vérifiant régulièrement la justesse des informations communiquées. Le webmaster doit être le garant de contenus régulièrement mis à jour. Côté médias sociaux, on se tournera vers les community managers qui veilleront à relayer les contenus sur les réseaux sociaux. Dans les deux cas, les webmasters et community managers planifieront leurs publications mais ils devront également adapter certains contenus – retouche photo, titre trop long, visuel inadapté, etc. – pour qu’ils s’adaptent parfaitement à aux différents supports et à leurs spécificités. Webmasters et community managers sauront également transmettre ces productions au besoin, les publier sur des forums, des blogs ou autre, afin de promouvoir au mieux ces contenus sur le web. Il est à préciser que ce travail d’animation éditoriale est intimement lié aux supports web de communication puisqu’une fois un contenu publié dans un journal papier, il n’y a plus grand-chose à faire… si ce n’est bien le distribuer.