Close
Journaliste avec micro dans la main

4 astuces pour une interview réussie !

Si l’objectif d’une interview est de recueillir des informations sur une personnalité ou un sujet, il s’agit avant tout d’une rencontre entre deux individus : celui qui pose les questions et celui qui doit y répondre. L’interview est un exercice souvent apprécié des journalistes qui s’avère bien plus subtil qu’il n’y paraît. En effet, la qualité des informations recueillies par le journaliste dépendra en partie de la confiance et de la complicité qu’il réussira à introduire avec son interlocuteur. Une bonne interview doit être préparée, structurée et menée de façon décontractée. Voici 4 astuces pour réussir au mieux son interview.

1. Bien préparer son sujet et se renseigner sur la personnalité interviewée

Comme bien souvent en matière de journalisme, la première étape consiste à recueillir des informations. Dans le cas d’une interview, il faut préalablement se renseigner sur le sujet traité et la personnalité interviewée. S’agissant du sujet traité, n’hésitez pas à lire la presse, à effectuer des recherches documentaires et soyez attentif à la législation qui touche de près ou de loin votre sujet. Ce travail de préparation et de prise de renseignements améliorera considérablement votre capacité à rebondir sur les propos de votre interlocuteur et vous permettra de mener une interview fluide, naturelle et sans temps mort. 

S’agissant de la personne interviewée, on peut distinguer deux grands types de renseignements qui seront utiles à la construction de votre interview : le parcours personnel et le parcours professionnel. Soyez curieux, commencez par vous renseigner sur l’histoire de votre interviewé, sa carrière professionnelle, faite des recherches sur internet, lisez des biographies, etc. Se renseigner sur la personne interviewée, c’est aussi faire preuve de respect et de considération pour votre interlocuteur. Rien n’est plus désagréable pour un interviewé que de converser avec un journaliste qui semble nullement intéressé par son parcours.

2. Dégager les thématiques traitées et construire une trame de questions

Comme tous les genres journalistiques, l’interview doit être anglée, c’est-à-dire qu’elle doit répondre à une question en particulier. Le choix de votre angle doit vous aiguiller sur les thématiques à soulever dans le cadre de votre interview. Il est inutile de multiplier les thématiques évoquées au risque de perdre l’intérêt de votre interlocuteur ! Cantonnez-vous à 3 ou 4 grandes thématiques qui répondent à votre angle et font écho à votre sujet. Dans le cas où votre interview découlerait de la nécessité d’approfondir un sujet en confiant la parole à un expert, votre interview sera logiquement très anglée et très pointue.

Deuxième chose utile à faire avant de mener l’entretien : préparer une trame de questions ! Certes, vous n’êtes pas obligé de rédiger – au mot près – toutes les questions que vous souhaitez formuler mais il est indispensable de noter les points vitaux qu’il faut nécessairement aborder avec votre interlocuteur. Ces notes sont essentielles, vous devez les relire à la fin de votre interview pour être certain que vous n’avez rien oublié d’important. Cette trame de questions ou liste de points clefs sera votre fil conducteur et ce travail permettra de structurer les échanges avec votre interlocuteur.

3. Susciter la confiance de son interlocuteur et faire preuve d’empathie

C’est l’un des conseils les moins évidents à transmettre puisqu’il fait directement intervenir les qualités humaines du journaliste. Malheureusement, c’est aussi un point vital puisque la qualité et la quantité des informations recueillies dépendent beaucoup de cette capacité à mettre à l’aise votre interlocuteur. Plus qu’un simple jeu de questions-réponses, l’interview revêt ce caractère psychologique et intuitif qui permet de transformer une interview lambda en une interview parfaitement réussie. L’idée est de réussir à faire oublier à votre interlocuteur que vous êtes journaliste, de nouer un lien de confiance afin d’obtenir toutes les réponses souhaitées, sans langue de bois, et sur le ton d’une discussion amicale.

Globalement, pour susciter la confiance de la personne interviewée, il faut être souriant, curieux et bienveillant à l’égard de son interlocuteur. Ayez de l’empathie et n’hésitez pas à rebondir sur les thématiques qui semblent plaire à l’interviewé. Dans tous les cas, ne soyez jamais agressif et ne montrez jamais votre désintérêt au risque de braquer votre interlocuteur et de ne plus avoir droit à une seule information.

4. Ne pas hésiter à reformuler les questions et ne jamais transmettre son questionnaire en amont 

Certains locuteurs rechignent à répondre clairement à une question pourtant précise. L’art de la reformulation est un aspect particulièrement dans le cadre d’une interview. Si votre interlocuteur ne répond pas aux questions posées, essayez de les poser d’une autre façon, en choisissant des termes différents ou en usant de métaphores. Autre astuce pour amener votre interlocuteur à préciser son propos : reprenez ses réponses à voix haute pour le pousser à compléter ses propos. Enfin, n’hésitez pas à utiliser la méthode de l’entonnoir qui consiste à poser des questions plus générales en cas de réponses trop précises, ou au contraire, des questions plus précises en cas de réponses trop générales.

Dans le cadre d’une interview, il est conseillé de débuter une interview par des questions « faciles » et « globales » avant d’entrer dans des questions plus techniques et plus engageantes. Dans tous les cas, il ne faut jamais divulguer votre questionnaire avant de mener une interview ! Si votre interlocuteur exige que vous lui transmettiez les questions avant d’effectuer l’entretien, vous pouvez lui donner une liste de thématiques qui seront abordées mais n’entrez pas dans les détails. En divulguant votre questionnaire en amont, vous viderez de substance l’intérêt de votre interview puisque votre interlocuteur pourra se cantonner aux réponses qu’il aura préparées.

× Engageons la discussion :)