Close

Comment trouver un bon angle ?

C’est une question qui revient souvent lorsqu’elle n’est pas fâcheusement « oubliée » par les journalistes et rédacteurs : comment trouver un bon angle ? L’angle permet d’orienter son sujet en adoptant un point de vue particulier, un parti pris. L’angle est indispensable à la rédaction d’un article et à la production de n’importe quel contenu éditorial. Cela vous permet de garantir la pertinence de votre contenu et de hiérarchiser vos informations conformément au principe de la pyramide inversée. Un bon angle doit être conforme à votre ligne éditoriale, original et intéressant pour votre lectorat.

1. Respectez votre ligne éditoriale

Quelles sont les valeurs de votre entreprise ? Quelle est la nature des informations traitées sur votre support ? Quelle est votre cible ? Si vous souhaitez rédiger un article ou produire un contenu, c’est que votre ligne éditoriale est définie et que vous êtes en mesure de répondre à ces questions. Une bonne chose puisque votre ligne éditoriale est la première chose à prendre en considération lorsque vous souhaitez dégager un angle. À titre d’exemple, si vous voulez aborder le sujet des voitures d’occasion et que vous travaillez pour un magazine économique à destination des chefs d’entreprises européens, vous privilégierez sans doute des angles économiques en soulevant des questions telles que « quel est le poids économique du marché de l’occasion sur le marché automobile européen ? Quels sont les leaders en ligne sur le marché de la voiture d’occasion ? » Au contraire, si vous travaillez pour un site pratique à destination des étudiants français, votre angle sera plutôt « où se procurer les meilleures voitures d’occasion à prix raisonnable ? »

2. Mettez-vous toujours à la place de votre lectorat !

C’est un conseil qui peut paraître futile, mais qu’il est bon de rappeler lorsque l’on se creuse la tête pour trouver un bon angle. Les premiers concernés par vos productions éditoriales sont vos lecteurs. Il faut donc toujours se poser la question de savoir si l’angle imaginé est conforme à leurs aspirations et à leurs attentes ! Si vous considérez que l’angle choisi n’intéresse pas votre lectorat, abandonnez-le et cherchez en un autre. Inutile de préciser qu’en proposant des contenus inintéressants aux yeux de votre lectorat, vous risquez de perdre vos lecteurs.

3. Formulez votre angle en vous posant une question

C’est un conseil pratique qui fonctionne à merveille. Posez à l’écrit toutes les questions que vous vous posez sur le sujet. La forme interrogative permet d’orienter votre pensée et votre réflexion dans un sens bien déterminé. Pour reprendre l’exemple du marché de l’occasion : quelles sont les réglementations sur le marché automobile de l’occasion ?

4. Regardez ce qui a déjà été produit sur le sujet

Rien n’est plus pénible que de produire un sujet en réalisant après-coup qu’un autre l’a déjà fait… et bien fait. Pour éviter ce genre de désagrément et garantir une certaine originalité à votre angle, n’hésitez pas à vous renseigner sur le sujet. Lisez des articles et des livres, regardez des documentaires, allez à la bibliothèque si nécessaire, etc. Plus vous vous documenterez sur le sujet, plus vous aurez un aperçu large du traitement qui en a déjà été fait, et plus vous serez à même de déterminer un bon angle. De même, n’hésitez pas à lire ce qui a été produit par vos concurrents, cela pourra également vous donner des idées sur le traitement envisagé.

5. Mettez-vous à la place d’un objet ou d’un animal

C’est une bonne astuce qui vise à soulever des questions auxquelles on ne pense pas dans un premier temps. Imaginez être un objet ou un animal en rapport avec le sujet traité et posez-vous des questions susceptibles d’intéresser votre « misérable » condition. Cela vous oblige à adopter un point de vue différent et vous conduira à des réflexions susceptibles d’être exploitées par la suite. Reprenons le sujet des voitures d’occasion et mettons-nous à la place d’un trousseau de clés. « Est-il possible de reproduire librement les clés d’une voiture ? », « Quels sont les meilleurs systèmes de sécurité existants ? ». Mettons-nous à la place d’une grenouille : « Existe-t-il des détecteurs d’obstacles ? », « Les pneus d’une voiture accrochent-ils tous de la même façon au goudron ? ». Le conseil peut vous paraître saugrenu mais vous serez étonné du résultat.

6. Parlez-en autour de vous !

Vous pensez avoir trouvé un bon angle ? Parlez-en autour de vous ! Le meilleur moyen de tester votre angle est de poser la question à vos confrères ou à vos lecteurs. Bien entendu, le moment idoine pour évoquer les sujets et les angles est à l’occasion de la conférence de rédaction. N’hésitez pas non plus à en parler dans les couloirs ou à la machine à café. Les réflexions et réactions que votre angle pourra susciter auprès de vos connaissances fertiliseront davantage votre imagination et pourront vous conduire à travailler sur de nouvelles pistes pertinentes que vous n’aviez pas envisagées.

7. Changez votre angle si vous réalisez que vous êtes sur une fausse piste !

Bien souvent, vous trouverez votre sujet, vous commencerez votre collecte d’informations puis vous déterminerez votre angle. Seul hic, après quelques coups de téléphone et quelques lectures attentives, vous réaliserez en fin de compte que votre angle – que la question posée – est tout simplement mauvais. Là où vous pensiez répondre à une question pertinente, vous réaliserez qu’il n’y a rien d’intéressant à en retirer; et là où vous pensiez découvrir des informations importantes, vous comprendrez qu’il n’y en a aucune susceptible d’intéresser vos lecteurs. Ces fausses pistes font partie intégrante du travail de journaliste et de rédacteur. Ce n’est pas grave, bien au contraire, c’est plutôt bon signe ! Une seule chose à ne pas faire : perdurer dans son erreur. Si vous réalisez que votre angle vous mène inéluctablement à un papier fade et sans intérêt, changez-le.

× Engageons la discussion :)